Un chemin de vie à la suite du Christ: Ginette Bourassa

image_pdf

Un chemin de vie à la suite du Christ: Ginette Bourassa

Ginette Bourassa, sv.a. Elle se tient devant un autel à la chapelle de la Maison Emmanuel.

C’est avec joie que nous venons vous présenter une femme de foi, engagée et donnée à Dieu, madame Ginette Bourassa. Elle nous partage en toute simplicité et profondeur son appel comme Servante de l’Agneau au sein du mouvement Les Brebis de Jésus.

Sa famille et sa foi

Ginette Bourassa est originaire de Shawinigan en Mauricie. Elle a grandi dans une famille croyante, pratiquante et engagée dans l’Église. Parents et enfants allaient à la messe chaque dimanche et priaient le chapelet en famille, surtout lorsqu’ils étaient jeunes. Elle se souvient que parfois son père les amenait à la chapelle du cloître des Carmélites à Shawinigan et qu’elle était impressionnée par le silence et la grande paix qui se dégageaient de ce lieu.

Son cheminement vocationnel

À 12 ans, Ginette est entrée chez les Guides, branche féminine du scoutisme. Sa promesse guide a été le premier appel ressenti à suivre Jésus dans le service : « Sur mon honneur, avec la grâce de Dieu, je m’engage : à servir de mon mieux Dieu, l’Église et ma Patrie; à aider mon prochain en toutes circonstances et à observer la Loi scoute ». Et le chant de la promesse a parlé fort à son cœur : 

« Devant tous je m’engage sur mon honneur et je te fais hommage de moi, Seigneur. Je veux t’aimer sans cesse, de plus en plus, protège ma promesse, Seigneur Jésus. Je jure de te suivre en fière chrétienne et tout entière je livre mon cœur au tien. Je suis de tes apôtres, et chaque jour, je veux aider les autres, pour ton amour ».

Ses années d’adolescence ont été riches de rencontres importantes qui ont nourri son désir naissant d’une vie d’intimité avec Jésus. La joie et le dynamisme d’une religieuse qui lui avait enseigné en 9e année contrastaient tellement avec l’air morose des autres religieuses de l’école que Ginette a eu le désir de goûter elle aussi à ce qui animait son enseignante, donc à devenir religieuse. Une amitié spirituelle s’est développée peu à peu entre elles et elle dure encore après 60 ans!

À 16 ans, son ami d’enfance est revenu passer ses étés à Shawinigan…et là, ça été le grand amour! Ont suivi quelques années de fréquentations à distance. Pendant ses années d’études à l’extérieur, Ginette a goûté une liberté nouvelle où elle a délaissé la pratique religieuse, prenant de la distance avec son Dieu, ce qui l’a laissée avec un sentiment de manque, de vide dans le cœur. 

Ils se sont mariés et après six ans, il y a eu la naissance d’un premier enfant, puis d’un deuxième et d’un troisième. De par l’éducation de Ginette et de son époux, il allait de soi que les enfants soient baptisés et qu’ils reçoivent les premiers sacrements. Ginette a trouvé important de participer activement à leur préparation et elle est devenue catéchète pour les sacrements du Pardon, de l’Eucharistie et de la Confirmation et ce, pour chacun de ses enfants. Cela a été un fort temps d’évangélisation pour elle-même, ce qui l’a remise en marche spirituellement.

Après 20 ans de mariage et un long discernement, elle en est venue au constat de l’échec de son union avec le père de ses enfants… il y a eu divorce et plus tard, une nullité de mariage. En ces temps extrêmement souffrants, Ginette a trouvé secours et réconfort en se tournant vers le Seigneur, en participant à des retraites et des ressourcements, en se joignant à une famille spirituelle où la Lectio Divina était centrale, en suivant les exercices de Saint-Ignace dans la vie courante (EVC) et en s’impliquant dans la vie de sa paroisse.

Intérieurement Ginette était toujours en attente du grand Amour, de l’homme de sa vie…et en même temps, des paroles de chants ou des extraits des Écritures tournaient en boucle dans sa tête : 

  • « Celui que mon cœur aime, c’est celui qui est l’Amour », 
  • « Viens ma toute belle, viens dans mon jardin », 
  • « Tu m’as séduit, et je me suis laissé séduire », 
  • « Ému d’une immense tendresse, je vais t’unir à moi », 
  • « Mon épouse infidèle, je vais la séduire; je vais l’amener au désert et là je parlerai à son cœur ».

Ayant compris sa dynamique affective et spirituelle et son grand désir d’une communion profonde dans une relation, un prêtre que Ginette avait consulté, lui a dit : 

« Tu sembles chercher l’amour absolu, le prototype de l’amour et tu ne trouves que des modèles bien imparfaits de cet amour que tu désires…C’est comme si, pour étancher ta soif, tu te contentais de boire l’eau du robinet au lieu de boire à la source vive ». 

Et là, d’un seul coup, toutes les paroles qui s’étaient gravées dans son cœur lui sont revenues à la mémoire et elle a compris que Celui que son cœur espérait, c’était son Dieu qui l’espérait Lui aussi. Ce fut pour elle le tournant décisif vers la vie consacrée. Alors elle s’est consacrée au Seigneur, dans une consécration privée, en présence d’un prêtre.

Un cœur de miséricorde

Madame Bourassa a fait du bénévolat dans une maison de retraite spirituelle vers le milieu des années 90. À cet endroit, elle aidait le prêtre en faisant de l’écoute des retraitants. Ce prêtre avait un grand charisme de miséricorde envers les personnes très blessées par la vie. Elle voyait tout le travail que ce prêtre faisait, comment il accueillait, sans compter son temps, les personnes qui venaient vers lui, il les écoutait, il accueillait leurs misères…sa vie était vraiment toute donnée. Une question est alors montée dans son cœur, un mouvement d’amour : qui est là pour prendre soin de lui? Qui prend soin des prêtres, des religieux qui se donnent généreusement? Qui est là pour les soutenir dans leurs ministères et leurs misères? Pour les aider? Pour prier pour eux? Ces questions ont fait du chemin dans son cœur.

Un appel à la vie consacrée comme Servante de l’Agneau

Le cheminement de Ginette l’a amenée au Foyer de Charité à l’Île d’Orléans, d’abord comme retraitante, puis comme bénévole en 2010. C’est là qu’elle a fait la connaissance de sœur Jocelyne Huot, s.f.a., et de sœur Liliane Morel, s.f.a., qui venaient assister à la messe. C’est par l’intermédiaire d’une religieuse amie, bergère formée par sœur Jocelyne à la Maison Emmanuel, qu’a eu lieu la première rencontre personnelle de Ginette avec sœur Jocelyne. Cette rencontre, qui se voulait un moment de retrouvailles entre la religieuse amie et sœur Jocelyne, est devenue pour Ginette un temps de rencontre avec la fondatrice des Brebis de Jésus. Le feu ardent qui se faisait sentir à travers chaque parole de sœur Jocelyne laissait voir le grand amour qu’elle avait pour le Bon Berger et cela a touché le cœur de Ginette.

À l’automne 2012, sœur Jocelyne l’a invitée à vivre un 24 heures pour la vie consacrée qu’elle animait. À ce rendez-vous, les Servantes de l’Agneau étaient présentes, ainsi que les Sœurs de l’Agneau et quelques religieuses de la communauté de sœur Jocelyne, les Sœurs de Saint-François-d’Assise. D’une invitation, elle a finalement participé à plusieurs. Ginette nous partage qu’elle a beaucoup aimé ces rencontres et qu’elle y participait fidèlement. Ces ressourcements se vivaient dans le silence, avec des enseignements donnés par sœur Jocelyne, de beaux temps de prière, des chants, des psalmodies, des temps d’adoration, le tout dans un climat parfait pour une rencontre avec le Seigneur. Elle sentait une grande communion qui se vivait dans le cœur des participantes. « On vivait le charisme des Brebis de Jésus et cela goûtait très bon ».

Alors qu’elle vivait ces ressourcements et qu’elle connaissait de plus en plus la mission des Servantes de l’Agneau, Ginette a senti un grand appel à s’y consacrer. Ce fut un long discernement, car elle se sentait tiraillée entre son engagement au Foyer de Charité et son désir de s’engager comme Servante de l’Agneau. Mais le Seigneur est venu trancher! En consultant sœur Jocelyne pour savoir si elle devait laisser tomber son bénévolat au Foyer de Charité, elle a compris que son engagement comme bénévole était en lien avec la mission des Servantes de l’Agneau. Il fallait simplement que les tâches qu’elle accomplirait au Foyer, soient directement liées au service du ministère du prêtre. Ce fut une grâce! Ginette a fait son premier engagement comme Servante de l’Agneau le 8 décembre 2017. Elle est maintenant bergère des Servantes de l’Agneau, à l’écoute du Bon Berger et au service des prêtres pour qui elle offre sa vie.

Que l’engagement de Ginette puisse toucher d’autres personnes et que la mission que Dieu a confiée aux Servantes de l’Agneau puisse grandir selon la volonté du Seigneur! Merci, Ginette, pour le don de votre vie!

Texte écrit par Roberto Reyes Guerrero
à partir d’une entrevue faite avec Ginette Bourassa, sv.a.

Pour en savoir plus sur la mission des Servantes de l’Agneau,
consulter: Les Servantes de l’Agneau

3 réflexions sur “Un chemin de vie à la suite du Christ: Ginette Bourassa”

  1. Bonjour ! Je me souviens bien de toi Ginette ! Tu as accompagné Marilou et Sara à une session de formation biblique que j’animais pour des jeunes en formation. J’ai été émerveillée lorsque j’ai fait un retour sur la session en demandant à chaque personne présente de dire si cette session les avait rejointe et comment. Ginette tu as dessiné une croix et tu as écrit au bas de la croix: « Cela me va comme un gant!  » Je te remercie pour ton partage de vie. Je suis vraiment touchée par le chemin que tu as parcouru. Avec toi, je rends grâce au Seigneur pour les personnes qui t’ont accompagnée. Merci de tout cœur. Thérèse, s.s.ch.

  2. Marie Dandurand,s.f.a.

    L’infolettre va droit au coeur de qui se laisse toucher… Merci à ceux et celles qui l’alimentent d’ecrits profonds et accessibles à tous!

  3. Isabelle et Gracien Gagnon

    Merci à Jésus Bon Berger d’avoir inspiré à la Fondatrice sorur Jocelyne cette branche qui prends racines dans le charismes des Brebis de Jésus .Leur vie témoigne de la joie du service auprès des prêtres et de la prière fidèle pour la mission des prêtres d’aujourd’hui rt à venir… les Soeurs et les Servantes de l’agneau ???? par leur Oui d’amour à Jésus Bon Berger elles avancent comme Marie en méditant la Parole de Dieu et elle rayonne de la joie de la mettre en pratique dans un monde en besoin de connaitre la miséricorde de Dieu.
    ????????????♥️ ????????????????????

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *